personne depression

Troubles dépressifs et dépression, comment s’en sortir ?

Véritable fléau social, la dépression n’est ni une fatalité, ni une preuve de faiblesse. Fréquente, elle touche 10 % de la population française avec une prévalence double chez les femmes. Ainsi, 14 % des adolescents et 2,1 à 3,4 % des enfants sont concernés par les troubles dépressifs. Mais qu’est-ce que la dépression ? Comment se manifeste-t-elle et quelles sont ses déclinaisons ? Comment la repérer et la soigner ? Et enfin comment un psychologue en ligne peut vous aider ?

La dépression, qu’est-ce que c’est ?

Une maladie mentale fréquente

La dépression est une maladie mentale qui affecte l’humeur de la personne et altère négativement sa perception d’elle-même, des autres et de son environnement. Loin d’être une simple déprime, la dépression peut s’inscrire dans la durée et conduire sans prise en charge à une tentative de suicide et au décès de la personne dépressive. Cette maladie est réversible spontanément dans 50 % à 90 % des cas, devient chronique pour 20 % des patients, et une rémission partielle est possible pour 15 % à 20 % des personnes dépressives. Son évolution naturelle tend vers la répétition et l’apparition d’une symptomatologie résiduelle.

La dépression sévère

Les récidives peuvent se multiplier, s’accélérer avec des périodes d’amélioration brèves et conduire ainsi à une dépression sévère. Cette dernière présente un risque de passage à l’acte élevé avec la présence d’idées suicidaires et une incapacité à maintenir les activités de la vie quotidienne. Les degrés de dépression peuvent être mesurés grâce à des échelles comme celle de Hamilton.

Les facteurs conduisant à une dépression

Différents facteurs peuvent conduire à une dépression comme : des événements traumatiques, une maladie chronique, un handicap, une addiction (alcool), une tendance à déprimer d’origine génétique et des facteurs neurobiologiques.

Les différents troubles dépressifs

Le DSM-IV distingue deux types de troubles dépressifs en fonction des troubles de l’humeur soit les troubles unipolaires et les troubles bipolaires. Les troubles unipolaires se subdivisent en trouble dépressif majeur et trouble dysthymique. Et les troubles bipolaires ou maniaco-dépressifs se caractérisent par des épisodes maniaques ou hypomaniaques associés en parallèle à des épisodes dépressifs.

Les symptômes de la dépression

Les symptômes de la dépression peuvent toucher les sphères psychiques, physiques et comportementales.

Les symptômes psychiques

Concernant la sphère psychique, on peut noter la présence des symptômes suivants : des idées noires, une anhédonie (perte de la capacité à ressentir du plaisir), des troubles de la mémoire, l’anxiété, l’irritabilité, le désespoir, la tristesse et le vide intérieur.

Les symptômes physiques

Les symptômes physiques se manifestent sous la forme de troubles du sommeil, de palpitations, de tremblements, d’un ralentissement moteur, de douleurs musculaires, d’une diminution de l’appétit, d’une diminution de la libido et de maux de tête.

Les symptômes comportementaux

Les symptômes comportementaux peuvent prendre la forme d’un retrait social, d’une paralysie de la pensée, d’un manque d’hygiène, d’inactivité, de clinophilie (incapacité à se lever), d’incurie (négligence), de perte d’initiative et d’un repli sur soi.

Les signes de la dépression

Selon le DSM-IV, il existe neufs symptômes majeurs révélateurs d’une dépression qui sont :

  • Une humeur dépressive.
  • Une diminution de l’intérêt.
  • Des troubles alimentaires et une évolution du poids.
  • Des troubles du sommeil (insomnie ou hypersomnie).
  • Une évolution de comportement psychomoteur (ralentissement ou agitation).
  • Une fatigue chronique.
  • Un sentiment de dévalorisation.
  • Des troubles cognitifs (difficulté à penser, de concentration et de prise de décision).
  • Des idées noires (suicide, mort).

Les phases évolutives de l’accès dépressif aigu

L’accès dépressif aigu réversible se caractérise ainsi :

  • Un début brutal : la dépression débute rapidement ou brutalement. Elle est réactionnelle à un événement traumatique.
  • Une phase d’état : apparition de symptômes selon une intensité variable pendant une période de 4 à 6 mois.
  • La fin progressive de l’épisode : rémission grâce à un traitement médicamenteux.
  • Les cicatrices : 50 % de ces épisodes laissent des traces, des cicatrices comme la perte de confiance en soi, une fatigabilité accrue et une modification des relations intrafamiliales.

L’accès dépressif, partiellement réversible se caractérise par :

  • Une double dépression.
  • L’apparition de traits de personnalité anxio-dépressive : anxiété, inhibition.
  • Une rechute avec intensification des symptômes ou apparition de nouveaux comme les troubles du sommeil.
  • Un retour à l’état antérieur de tristesse et d’inquiétude.

Suis-je déprimé ?

Comment différencier une dépression d’une simple déprime ? Vous pouvez obtenir un premier éclairage en répondant aux 21 questions en ligne du test de Beck. Selon Beck, une personne souffrant de dépression perd une partie de son objectivité et porte un regard négatif sur son environnement et sur elle-même. Ce premier bilan est à titre informatif sans valeur diagnostique, car seul un avis médical peut évaluer une situation.

Les différents types de dépression

Il existe de nombreuses dépressions, les voici :

  • La dépression réactionnelle : elle est consécutive à un événement comme un décès, un chagrin d’amour ou un licenciement.
  • La dépression endogène : Elle prend naissance à l’intérieur de la personne sans cause extérieure.
  • La dépression névrotique : symptômes d’intensité mineur ou modéré présents chez une personne à la personnalité névrotique.
  • Le burn-out : dépression relative à un épuisement professionnel.
  • La dépression du post-partum (suite à un accouchement) : L’arrivée d’un enfant peut être le facteur déclencheur chez la mère.
  • La dépression de la personne âgée : relative aux conditions de vie comme l’isolement, la solitude, la perte du conjoint, le délaissement familial, l’arrêt de sa carrière professionnelle sont autant de facteurs d’apparition.
  • La dépression saisonnière ou hivernale : consécutive au manque de lumière en hiver.
  • La maniaco-dépression (trouble bipolaire) : trouble de l’humeur caractérisé par des épisodes alternant dépression et euphorie.
  • La dépression masquée : se manifeste seulement par des plaintes somatiques.
  • La dépression secondaire : elle est consécutive à une maladie psychiatrique comme la schizophrénie, à une maladie physique, à une maladie infectieuse comme une hépatite C ou une maladie auto-immune comme une polyarthrite rhumatoïde.
  • La dépression médicamenteuse : elle résulte de la prise de certains médicaments comme la corticothérapie et l’interféron.
  • La dépression souriante : difficile à diagnostiquer, car le patient la masque. Il sourit et ne montre rien. Ses activités sociales ne sont pas altérées. Par honte ou peur d’être faible, il déploie beaucoup d’énergie pour dissimuler sa souffrance.

Zoom sur le syndrome anxio-dépressif ?

Le syndrome anxio-dépressif est un trouble psychiatrique où coexistent des symptômes d’anxiété et de dépression. À la suite d’un événement déclencheur, la personne souffre de tristesse, d’anxiété, de troubles alimentaires, de perte de plaisir, de fatigue ou de troubles du sommeil. Elle peut aussi souffrir de perte de désir, de perte d’appétit, de troubles de concentration, de troubles mnésiques, de pessimisme, de culpabilité, d’idées noires, d’attaques panique, ou encore de phobies et de troubles psychosomatiques. Ce trouble réagit très bien à une prise en charge médicamenteuse doublée d’une psychothérapie.

Les complications de la dépression

La tentative de suicide

La tentative de suicide et le décès consécutif de la personne dépressive est la complication majeure à redouter. On retrouve chez 60 % des suicidants la présence d’un trouble dépressif. La France affiche un taux de suicide relativement élevé par rapport aux autres pays européens, soit 13,2 pour 100 000 habitants. D’ailleurs, selon l’OMS, le suicide est la quatrième cause de décès chez les jeunes de 15 à 29 ans.

Les complications sociales

La dépression peut conduire au chômage et aux ruptures des relations sociales. Bien sûr, ces derniers en sens inverse peuvent aussi être une porte ouverte vers la dépression. Une personne déprimée subit des sauts d’humeur difficilement gérables pour son entourage et ces derniers peuvent entraver la qualité des relation conjugales, familiales, professionnelles et amicales.

Ce phénomène accentue le symptôme de retrait social.

Une double prise en charge

En cas de dépression, il est nécessaire de consulter son médecin généraliste qui peut vous orienter vers un psychiatre pour une prise en charge médicamenteuse. Une thérapie est aussi à envisager pour cibler le cœur du problème et dépasser cet état.

La solution médicamenteuse

En cas de dépression, consulter un psychiatre est primordial. Après une évaluation notamment du risque de passage à l’acte, le praticien peut prescrire des antidépresseurs, des anxiolytiques, des somnifères et des tranquillisants. En cas de risque de passage à l’acte, une hospitalisation en urgence peut être demandée pour préserver la vie du patient.

Aider le patient à retrouver une qualité de sommeil et sortir des idées noires est l’objectif premier.

La solution thérapeutique

La thérapie comportementale, la thérapie cognitive (TCC), la thérapie d’inspiration psychanalytique (PIP) sont ici à envisager. La thérapie de soutien, la thérapie brève et celle de groupe sont également efficaces. Elles permettent l’identification et la transformation des pensées négatives, des ruminations en pensées positives et lumineuses.

Le but est d’identifier les facteurs de stress, mais aussi ses failles, les comprendre, les apprivoiser pour les envisager autrement avec un regard plus compatissant, plus aimant. La durée varie de quelques mois à des années en fonction de l’histoire du patient et de l’intensité des symptômes. D’autres outils thérapeutiques comme la relaxation ou la luminothérapie peuvent être envisagés. La sismothérapie a également fait ses preuves.

Consulter un psy en ligne ?

Vous êtes dans l’incapacité de vous déplacer au cabinet d’un psychologue ? Pas de panique, un thérapeute en ligne est là pour vous écouter et vous aider. Dans le cadre d’une thérapie personnalisée, il vous apporte son soutien et son écoute empathique. Il vous aide aussi à identifier les problématiques sous-jacentes à travailler. En cas de dépression, une thérapie cognitivo-comportementale (TCC) en ligne est particulièrement recommandée et aussi efficace qu’en présentiel.

Elle vous apporte une solution adaptée et réduit efficacement les symptômes de la dépression.

Alors n’attendez plus, prenez dès à présent un rendez-vous en ligne et offrez-vous une chance de sortir de la dépression. Une écoute bienveillante et empathique en ligne vous attend, loin des jugements.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *